Rêve de poète

Rumm
Barzhoniezh
Yezh
Galleg
Orin
Karaez, Imprimerie du peuple, 1909
Treuzskrivañ
Sébastien Marineau
En hevelep levr :

Je voudrais quitter, pour toujours
          La ville
Où rôde aux coins des carrefours
La fille aux mortelles amours,
          Si vile ;
Je voudrais au fond des bois sourds,
          Tranquille,
Approfondir les infinis
          Des rêves,
Surprendre les secrets des nids,
Ouïr les monotones bruits
          Des grèves,
Trouver trop courts les jours, les nuits
          Plus brèves.

Je voudrais chasser de mon cœur
          Le doute,
Retrouver l’ancienne candeur ;
Et, tout droit, poursuivre sans peur
          Ma route,
Certain que seul le Créateur
          J’écoute ;
Je voudrais que d’un feu divin
          S’enflamme
Ce cœur qu’a noirci le venin,
Ce cœur qui peut-être demain
          Infâme* ;    [sera infâme ?]
Je voudrais qu’au ciel vole enfin
          Mon âme !