daskor - facebook  daskor - css

Daskor

Les hôtes des bosquets ont cessé leur ramage
                 Et dorment dans leurs nids ;
C’est l’heure où l’on éprouve, assis sous le feuillage,
                 Des charmes infinis.

Mais en vain les zéphirs murmurent dans les branches
                 Des grands arbres du bois ;
Ce soir diffère hélas ! des soirs de ces dimanches
                 Tant aimés autrefois.

Toi qui savais chérir, épouse bien aimée,
                 Apparais à mes yeux ;
De grâce, un seul instant, descends sous la ramée
                 Pour me parler des cieux.

Oh ! dis-moi si bientôt je dois quitter la terre ?
                 Vivre hélas ! c’est souffrir.
Je déteste ce monde où je vis solitaire
                 Et désire mourir.

Que ne viens-tu ce soir des splendeurs éternelles
                 Me prendre par la main ?
Nous planerons ensemble emportés sur les ailes
                 D’un joyeux Séraphin.