les Feux de la Saint-Jean

Rumm
Barzhoniezh
Yezh
Galleg
Orin
Paris, Didier et Cie Libraires, 1882
Treuzskrivañ
Sébastien Marineau
En hevelep levr :

              Celle qui, dans la nuit, neuf feux visitera,
               Avant la fin de l’an saint Jean la mariera.
                                             Brizeux

Saint Jean, ce soir, chez nous, a ses grands feux de joie,
Nos pères le fêtaient de même au bon vieux temps ;
Faisons comme eux ! Déjà, partout, l’ajonc flamboie,
Et la brise de mer aux bûchers crépitants
Enlève par milliers les rouges étincelles.
Gloire à l’Esprit, au Père, au Fils, au Précurseur !
Et vous, écoutez-moi, timides jouvencelles,
Dont les yeux sont charmants d’amour et de douceur :

               Voulez-vous d’autres familles ?
               Voulez-vous n’être plus filles
               Au premier jour de l’an neuf ?
               Allez voir les flammes saintes ;
               Il faut en visiter neuf
               Avant qu’elles soient éteintes
               Et pour le coup de minuit.
               Comme de vives gazelles,
               Courez, courez, jeunes belles ;
               Tout est noir, mais le feu luit.
               Courez, l’amour vous invite,
               Si vous allez assez vite
               Les amoureux seront pris ;
               Monseigneur saint Jean-Baptiste,
               Vous conduira sur la piste,
               Sur la piste des maris.

Que tu me sembles belle, ô ma chère Bretagne,
Quand saint Jean, ce soir-là, te couronne de feux ;
Quand le chemin, le champ, le vallon, la montagne,
Voient danser dans la nuit des groupes lumineux ;
Quand l’enfant de la mer, sur la falaise immense,
Allume son brasier dans les creux de rochers ;
Quand l’indigent, à l’heure où la fête commence,
Porte une branche sèche en offrande aux bûchers.

               Courez, l’amour vous invite,
               Si vous allez assez vite,
               Les amoureux seront pris ;
               Monseigneur saint Jean-Baptiste
               Vous conduira sur la piste,
               Sur la piste des maris.

Mais déjà l’horizon s’éteint ; tout devient sombre,
Chacun prend dans la cendre un des tisons bénis ;
Les derniers chants de fête ont expiré dans l’ombre,
Et, près des feux mourants, tous étant réunis,
Le plus vieux se découvre et dit : « Hommes et femmes,
« Nous risquons de livrer notre cœur aux remords,
« Si nous ne pensons pas, ce soir, aux pauvres âmes ;
« Récitons en commun la prière des morts. »

               Courez, l’amour vous invite,
               Si vous allez assez vite,
               Les amoureux seront pris ;
               Monseigneur saint Jean-Baptiste
               Vous conduira sur la piste,
               Sur la piste des maris.