daskor - facebook  daskor - css

Daskor
À la grand’messe

À la grand’messe quand je vais,
Je prierais bien, si je pouvais ;
    Mais, par derrière,
Contre ma chaise, à deux genoux,
Est une fille aux grands yeux doux
Qui me trouble dans ma prière.

Quand j’égrène le chapelet,
C’est comme si ma main tremblait,
    Tremblait la fièvre ;
Et quand…

Anatole Le Braz (1859-1926)
Adela

          Da E. Ar Moal
          evit e levr « Pipi ’gonto »

Adela, ar gwennili
Zo aet pell deus hon bro-ni ;
Nijet ’int dreist ar mor sall
Da ’n em garet ’n un neizh all ;
Ha me ’ranko ’pad ar goañv
Chom ma-unan-penn du-mañ…
Pegoulz d’ho tad ar goulenn ?
– Pa vo delioù er spern-gwenn…

Gabriel Le Febvre (1863-1927)
an Droukrañs

Ma oufen-me lenn ha skrivañ, evel a ouzon rimel,
Me a refe ur son nevez, ur son, ha na ven ket pell.

Me ’wel erru, va mestrezig, dont a ra ’trezek hon ti ;
Mar gellan-me kaout an tu, me a brezego outi.

– Drouklivet, va mestrezig koant, drouklivet-bras ho kavan,
Ab’oe m’ho kwelis er…

Théodore Hersart de La Villemarqué (1815-1895)
an Eostig

Gwreg yaouank a Sant Malo, dec’h,
D’he frenestr a ouele, d’an nec’h :

– Siwazh ! siwazh ! me zo tizhet !
Va eostig paour a zo lazhet ! –

– Livirit din, va gwreg nevez,
Perak ’ta savit ken lies,

Ken lies diouzh va c’hostez-me,
E-kreiz an noz,…

Théodore Hersart de La Villemarqué (1815-1895)
an Hini a garan

N’en deus ket gwerz zo bras, o tonet a bell bro,
E-tal un feunteun klouar, en ur c’hoadig distro,
Me ’glevas ur vouezh vrav, ur vouezh melkonius
O kaniñ ur ganenn, ur ganenn truezhus.

Me ’glevas ur plac’hig o kaniñ hirvoudus
Kanennig he c’halon, ur c’han karantezus ;
Ha war ur bod freskon, evnig an…

Jean-Baptiste Oliero (1856-1930)
Anna

C’est Anna riante et blonde, 
Anna qu’on voit tour à tour 
Mirer ses grands yeux dans l’onde 
Et chanter un chant d’amour ; 
Anna que j’aurais nommée 
Du doux nom de bien-aimée, 
Si mes vœux n’étaient ailleurs ; 
Anna, dont la renommée 
A grandi sous tant de pleurs. 

Voyez-la joyeuse et…

Édouard Turquety (1807-1867)
ar Bleuñv lann

    war don Evnig a gan er c’hoad uhel

    ar Plac’h
Hag e pe amzer evidon,
Den yaouank, e verv ho kalon ?
Klevit : pa em’ ar bleuñv el lann,   [pa em’ = p’emañ] 
Pe ar bleuñv melen er balan ?

    an Den yaouank
O daou, vat ! O deus bleuñv melen,
Lann ha…

Auguste Brizeux (1803-1858)
Deus

Deus, ar maezioù zo kaer evel evit ur gouel, 
Al laboused, ouzhpenn, n’ehanont da’z kervel, 
A-dalek ar mintin, da vont en o c’hoadoù 
Evit meskiñ da vouezh gant o c’hanaouennoù. 
Deus, rak en un huñvreal, eürus ni ’yelo 
A-hed ar wenodenn, e skeud ar gwez-derv. 
An amzer a zo klouar hag a-boan an delioù, 
Gant an avelig…

Pierre Pronost (1861-1909)
Fañchig ha Janig

    da’m mignon
        Emile Grimaud

Dec’h d’abardaez, goude ’n tommder,
Pa oan o vale dre ’r parkoù,
’Klevis ur vouezh uhel ha sklêr,
O kanañ war-duz* ar pradoù.    [war-zu ?] 

Me ez ya ur wech c’hoazh betek ti ma mestrez,
Ha pa gollfen ma foan, graet am eus alies :…

François-Marie Luzel (1821-1895)
Fontanella Théodore Hersart de La Villemarqué (1815-1895)
Francéa Rannou

Voulez-vous savoir comment on l’appelle ?
Les gens du pays diront : C’est la Belle !
Ses parents diront que c’est Francéa,
Francéa Rannou, de Sainte-Tryphine !
Dieu la fit très douce et la fit très fine,
    Quand il la créa.

Je sais quant à moi qu’elle est ma maîtresse !
Que sa nuque est blanche,…

Anatole Le Braz (1859-1926)
Francesca d’Arimino

     À M. Luigi Bordèze 

Parmi ces grands vieillards, poétique phalange, 
Créateurs glorieux qui restent quand tout change, 
Volcans qui débordaient en laves de concerts, 
Il en est dont la tête est géante et s’élève 
De toute la hauteur d’une tour sur la grève, 
De toute la hauteur d’un mont sur les…

Édouard Turquety (1807-1867)
Heure d’amour

Oh ! rouvre tes grands yeux dont la paupière tremble, 
     Tes yeux pleins de langueur : 
Leur regard est si beau quand nous sommes ensemble ! 
Rouvre-les : ce regard manque à ma vie, il semble 
     Que tu fermes ton cœur. 

Lui seul dans une sphère où l’amertume abonde 
     M’embellira le jour ; …

Édouard Turquety (1807-1867)
Hirvoud

Tremen ’ra an amzer vrav,
    Hag an evurusted.
War-lerc’h heol sklêr, e teu glav,
    Poan goude joaiusted.
Kement a blij er bed-mañ
    A gerzh a-bioù diouzhtu :
Ma’z eo splann an oabl bremañ,
    Fenoz e vo koumoul du !

Devezhioù hor yaouankiz
    A vez buan teuzet,
Hag e…

Yvon Crocq (1885-1930)
Hon daou

          Kentañ priz a Gan ex-æquo, e Brest

Du-hont a-dreñv ar menezioù,
     Sell ! An heol ruz
Skuizh oc’h eveshaat ar maezioù,
E-kreiz plegoù flour ar morioù
          A guzh !

E-barzh ar mor don e tiskenn
     ’Vel gant ur skeul,
Ha diwar c’horre ar…

Yvon Crocq (1885-1930)
Hor c’harantez

          da’m fried

Da ofer’n ur pardon
E klevis he mouezhig,
Dous ’vel mouezh un evnig
O tibunañ e son
E sioulder ar c’hoad don.

Diwar neuze dalc’hmat
Am eus bet he c’hlasket...
Nann, n’ankounac’hin ket
Pebezh sell eeun ha mat
A gouezh diouzh he lagad…

Yvon Crocq (1885-1930)
III Pennad

PENNDRASK, NERZHVEUR

NERZHVEUR o tont en ti, teñval e benn
                                                       Pegen brav
Eo bezañ ’veldout-te, Penndrask, diglemm atav,
N’eus forzh petore liv a deu war an amzer,
N’eus forzh ouzhit ivez pegen rog e komzer !
Daoust ha petra ’ro dit nerzh da…

Toussaint Le Garrec (1862-1939)
Janedig koant

    d’an Ao. Troude,
        reizher yezh Breizh

En hañv, da viz Even, pa ve koulz ar falc’her
Da falc’hat ar pradoù, pa gan an alc’hweder,
Ar goulm, an durzhunell, pa ve leun ar parkoù
A ed glas, a velchon, a c’hwezh-vat an hentoù ;

Pa luc’h an heol en oabl, pa ra pep evn e…

François-Marie Luzel (1821-1895)
Je me promenais triste…

Je me promenais triste et seul sur l’esplanade
Qui longe Recouvrance, en face de la Rade,
                 Derrière Lanninon ;
C’est là qu’après le bain, pour goûter quelques fraises,
Nous venions nous asseoir, y trouvant plus nos aises
                 Que dans le cabanon.

Rien ne semblait changé dans…

Pierre Pronost (1861-1909)
Jeanne Larvor

C’est une histoire lamentable
Qu’on m’a contée un soir d’hiver.
Les vaches meuglaient dans l’étable,
Et le vent soufflait de la mer.

    I

Jeanne Larvor fait la lessive
Au presbytère du Moustoir…
Qu’a donc, pour la rendre pensive,
L’eau qui jaillit de son battoir…

Anatole Le Braz (1859-1926)
Jeanne Lezveur

    I

Plus fière qu’une châtelaine,
Jeanne Lezveur, de Kerprigent,
Ne daignerait filer la laine,
Si le fuseau n’était d’argent.

« Jeanne la blonde, on vous appelle
La fleur des filles en Trégor ;
Mais fussiez-Yous encor plus belle,
Et fussiez-vous plus blonde encor…

Anatole Le Braz (1859-1926)
l'Île des sept sommeils

PIÈCE LYRIQUE EN UN ACTE

    À Emile Pouvillon

    PERSONNAGES :

    LA FÉE URGANDE
    LE LUTIN GWION
    L’ENCHANTEUR MYRDHYNN
    Dragueurs et Sirènes

L’île de Sein, – Enez-Sun, l’île des Sept-Sommeils, – aux…

Charles Le Goffic (1863-1932)
la Chanson de l’amour

Depuis des ans, nuit et jour,
J’attends un inconnu.
Cet inconnu, c’est l’amour ;
Il est enfin venu !

Au seuil quand il a frappé,
J’avais un tel émoi
Qu’il a cru s’être trompé :
– « Belle, pardonnez-moi. »

Il avait des yeux plus doux
Que la lune au printemps.…

Anatole Le Braz (1859-1926)
la Dernière idylle

   À J.-E. Poirier.

I am called also : no more,
too late, fare thee well ?

     LUI

Qui donc es-tu, toi qui ressembles à ma vie
Et dont les yeux ont l’air de soleils avortés ?
Dans le val de Tristesse où mes pas t’ont suivie,
Tes…

Charles Le Goffic (1863-1932)
le Hollaïka

          Tinaig la ! Deus amañ ! 
          Petite Tina ! Viens ici !
                    Barzhaz-Breizh

Venez, venez en Bretagne
Ecouter sur la montagne
Le chant du Hollaïka ;
C’est l’heure où le pâtre entonne
Une chanson monotone
Qu’un vieux barde fabriqua.

Adrien de Carné (1854-1943)
le Passant

    A Jean Psichari

L’amour ne chante pas ; il ne sourit jamais,
Ni le matin, quand l’aube argente les sommets,
Ni quand l’ombre, le soir, s’épanche des collines,
Ni quand le rouge été flamboie à son midi
Et du brouillard qui dort dans l’éther attiédi
Perce et dissipe au loin les pâles mousselines.

Charles Le Goffic (1863-1932)
les Yeux de ma mie

J’aime ma mie. Elle a des yeux
Qui sont comme les soirs de brume.
Une étoile douce s’allume
Tout au fond, tout au fond des cieux.

    Ma mie est blonde
    Comme les blés.
    Trois marins s’en sont allés
    Sur la mer profonde !

J’aime ma mie. En ses yeux clairs…

Anatole Le Braz (1859-1926)
Lorsqu’au lever du jour…

Lorsqu’au lever du jour, en ouvrant la fenêtre,
L’oiseau semble pour toi chanter dans les jardins,
Quand les parfums des fleurs répandent dans ton être
Des frissons de plaisir et des charmes divins,
O ! dis-moi, rêves-tu, jeune fille au front d’ange,
                 Un amour pur et sans mélange ?

Pierre Pronost (1861-1909)
l’Enlèvement pour rire

L’amour, comme les cailles, vient
et s’en va aux temps chauds…
    J.-P. Richter

Ainsi c’est vous que l’on marie
    Au mois prochain ?
Qui donc épousez-vous, Marie ?
    Chose ou Machin ?

Chose ou Machin, il ne m’importe.
    La vérité,
C’est que je suis mis…

Charles Le Goffic (1863-1932)
Magdalena

Ami, dis-moi ton mal : sur nos lointains rivages
Quelque secret souci lentement t’a rongé :
Te voilà revenu de nos grèves sauvages,
Dans tes rêves, depuis, tu demeures plongé.

As-tu vu, près de toi, sous les forêts fleuries,
Passer, sans dire mot l’ombre du vieux Merlin,
Ou des mortes laver de leurs…

Adrien de Carné (1854-1943)
Marc’haridig

Ha soñj hoc’h eus, Marc’haridig,
Gwechall, e pardon Poullaouen,
’Moamp prenet daou wennegadig
Sivi, ma oe leun da barlenn ?

’B’oe, Aotroù Sant Per, ’mezonig, 
’Neus graet meur a dro war hon fenn.
Met hon c’halon, Marc’haridig,
Ha n’eo ket chomet ken laouen ?

Ac’halenn me ’wel ar wezenn
E disheol pehini mistrik
’Moamp dibabet hon …

Jean Cadiou (1834-1897/)
Mari

    war don Kont a Jafrez

Pa zeuan ken trist dre ho kêr,
Na spontit ket, tud ar Vouster,
Me ’glask va c’hoant, n’ont ket ul laer.

Dre-mañ me ’heulias alies
Em yaouankiz ur plac’hig kaezh,
Evel ul labous he farez.

Pelec’h emañ ar plac’…

Auguste Brizeux (1803-1858)
Marv Tristan

Ra vezo meulet Tristan al Leonard, niz kaer ar roue Mark, hag a zo bet, ur wech c’hoazh, trec’h d’an enebourien e Bro Vreizh. Lazhet en deus en un emgann leal, Estult an den rok, hag e c’hwec’h breur, marc’heien galonek o seizh, ha n’en deus bet ken skoazell nemet hini Tristan ar C’horr bet lazhet en abadenn-se.

Hogen, en un emgann…

Adrien de Carné (1854-1943)
Mona

 

War lez ar stêr, he zreid en dour,
Azezet war ar c’hlazenn flour,
Un abardaez, Mona Daoulaz
Oa er prad, dindan ar gwern glas.

Truezus, ha stouet he fenn,
Oa ar plac’hig, gant hec’h anken ;
An daeroù eus he daoulagad
’Steredenne war geot ar prad.

War ar skourr un evnig bihan
’Lavaras neuze, dre e gan :
« ’N strafuilhit ket…

François-Marie Luzel (1821-1895)
Nuit insulaire

    À François Gélard

Dans la ruelle étroite au point qu’un seul passant
Suffit à l’obstruer presque toute, je croise
Un de ces homardiers qui viennent de l’Iroise
Vendre aux marchés de Sein la pêche d’Ouessant.

Et voici qu’un volet de lucarne, en grinçant,
S’ouvre…

Anatole Le Braz (1859-1926)
Que de doux bruissements…

Que de doux bruissements dans les seigles jaunis,
De joyeux cris dans l’air, de soupirs dans les nids,
                 De murmures dans la vallée !
Que ce jour est propice aux rêves amoureux
Et comme il serait doux d’aller s’asseoir à deux
                 Sous l’ombrage de la feuillée !

Mais la nature…

Pierre Pronost (1861-1909)
Ramène-moi, soleil…

Ramène-moi, soleil, et l’amour et l’oiseau ;
L’hiver me rend morose et seul le renouveau
    De mon cœur peut combler le vide.
Il me tarde de voir l’océan s’apaiser,
L’horizon s’éclaircir, le zéphyre baiser
    Dans sa grotte la Néréide.

Viens, soleil bienfaisant, de tes tièdes rayons
Tisser un…

Pierre Pronost (1861-1909)
Son (1)

E-kichen ur menez 
Ez eus ul lojennig ; 
E-touez he bodad gwez, 
Pegement eo koantik ! 
Nag a bet gwech, en deiz, 
Evit mont betegi, 
Me ’gemer an hent strizh 
A y-a da zor an ti. 

    DISKAN 

Evit gounit kalon 
Va Dousig koant ha ker, 
Piv ’zesko din ur son 
Dudius ha tener ? 

Hogen me ’chom atav, 
A-dreñv…

Pierre Pronost (1861-1909)
Sône

Dans un coffret de vieux chêne
Mon cœur jeune est enfermé.
Quand ma mort sera prochaîne,
Vous direz à mon aimé ;

Vous direz à mon aimé,
Quand ma mort sera prochaine,
Que mon cœur est enfermé
Dans le coffret de vieux chêne.

Sur le coffret de vieux chêne
Par un…

Anatole Le Braz (1859-1926)
Sonig a garantez

          Da’m Annettig

Pa’z eo du beg ar menezioù
Neuze ’blij din, ’hed ar maezioù
Huñvreal da’m mestrezig koant
Da’m muiañ-karet, va holl c’hoant.

Ha kanañ laouen ha seder
War an delenn, er sioulder,
Ar garantez ’meus eviti,
Karantez ’vel na zo hini !

Georges Le Rumeur (1882-1942)
Tina, merc’h ar miliner

Anaout a rit Tina Kerc’hoant,
Merc’h ar miliner, ar plac’h koant,
Ken brav kempennet d’ar sulioù,
A dañs ken skañv er pardonioù ?

Setu ar plac’hig dimezet.
Piv a soñj deoc’h he deus-hi bet ?
Neb he c’hare ’vel he lagad,
Laouig eus a vilin Rozmad ?

Nann ! bet he…

François-Marie Luzel (1821-1895)
Triolets à ma mie

Douce, plus douce que Mias,
Cist lais, qui est boens et bias,
Por vos fu feis tos novias.
Tristan

(Le Lai du chèvrefeuil)

Puisque je sais que vous m’aimez,
Je n’ai pas besoin d’autre chose.
Mes maux seront bientôt calmés,
Puisque je sais que vous m’aimez
Et que j’aurai les yeux…

Charles Le Goffic (1863-1932)
ur Son kloareg

Pa oan o studiañ er gêr a Landreger,
Ez oa degaset din lizher da vont d’ar gêr,
Da vont d’ar gêr buan, ma karjen gwelet c’hoazh
Ma dous, ma c’harantez, Jenovefa Kerloaz.

Ma karjen gwelet c’hoazh, ur wech a-raok mervel,
Jenovefa paour d’an Neñv prest da nijel.
Doue, pebezh keloù ! pa glevis kement-mañ,…

François-Marie Luzel (1821-1895)
V Pennad

AR MEMES RE, ARZHDUFF, PRADOU, HILDEO dalc’het gante, hag ar c’hadgi Tonk, a deu diouzhtu da lammat gant e vestr

NERZHVEUR en ur flourat ar c’hi
                                     Mignon feal d’an den,
Deus a-bell em eus an’vezet da chilpadenn.

D’Hollvelen

Toussaint Le Garrec (1862-1939)
War vor

Gouel ar mor o lintriñ 
Dindan un heol skedus ; 
Em bag skañv e vezi, 
Annaig, ken eürus ! 
N’ez eus ket en neñvoù 
An disterañ koabrenn, 
Hep aon ’ta deomp, hon-daou, 
’Vit ma kanin laouen : 

    DISKAN 

Va bag, dalc’h un devezh 
Da ouel gwenn…

Pierre Pronost (1861-1909)