daskor - facebook  daskor - css

Daskor
an Euzhusañ tra

Euzhus eo gwelet ar mor bras
’Kreiz e fulor, e beg ar Raz,
Pa lonk joaius ha didruez
Ar pesketaer leun a vuhez !

Euzhus eo gwelet en hon touez
An naon o ren digar ha gouez,
Hag an arne kreñv ha garv
Pa zrailh an ed hag an derv !

Euzhus eo gwelet an argad
Pa…

Georges Le Rumeur (1882-1942)
ar Gurun

                    Gurun euzhus,
                    A darzh spontus,
                    A darzh, a zidarzh,
                    Hag a darzh a-barzh
                    Er c’hogus du,
                    Gant brogon ruz,

          Lâr, gurun, hag e-men ’out-te ;
          Eus ar sav-heol ? Eus ar…

Jean-Baptiste Oliero (1856-1930)
ar Mor

O mor islonkus ! Mor yud ! Mor disleal !
Pa glevan da goummoù goapaüs o youc’hal
En-dro d’ar c’herreg du a c’houriz va Bro gaezh,
Raktal e sav da’m fenn tan ar vuanegezh !

Hep abeg noz ha deiz, nag a verdeidi
A zebrez gant eurvad, siwazh ! ha gant dudi !
Nag a zaeroù c’hwerv a lakez da redek
E-…

Georges Le Rumeur (1882-1942)
ar Roc’h-Allaz

    Da Yann ar Fusteg

E-tal ar Kozh-Stankoù a zo ur garreg glas,
Ur garreg glas ha krenn, anvet ar Roc’h Allaz.

Ha, war ar garreg-se, neb a ra he diskuizh
E chom ’vit he buhez disjoaüs ha languiz,

Alies ’meus gwelet nijal ’trezek ar stank,
Gwelet…

Charles Le Goffic (1863-1932)
Au bord de la mer

Et j’isolai mon cœur de la foule agitée 
Qui n’a connu jamais ni trêve ni repos ; 
Et je m’en allai seul jusqu’à l’anse écartée 
Où la mer monte et gronde avec ses mille flots. 

La mer... elle étendait, profonde et transparente, 
Sa ceinture de rocs où la mouette a son nid ; 
Et l’éternel concert de son…

Édouard Turquety (1807-1867)
Chanson du rocher qui marche

Or, c’était par un soir où montaient les étoiles ;
Et, sur le ciel mourant, l’aile brune des voiles
S’éployait, et la mer chantait, et sur les eaux
Les barques ondulaient ainsi que des berceaux.

La mer chantait son chant, et les choses muettes
Écoutaient ; on voyait leurs ombres se pencher…
Dans l’espace…

Anatole Le Braz (1859-1926)
Chanson du vent qui vente

An avel a zeu deus a bell ;
Den na oar piv ê an avel…

Le vent vient de loin ;
Personne ne sait qui est le vent…

Le vent qui vente est à ma porte
Qui pleure, comme une âme morte.
Il geint : « Ouvrez au nom de Dieu !
Je vois chez vous lueur de feu,
Je…

Anatole Le Braz (1859-1926)
Chœur des vagues

                              Sur ces vaisseaux si Dieu nous lance, 
                             Terribles nous fondons sur eux ; 
                             Puis nous promenons en silence 
                             La barque frôle qui balance 
                             Un couple d’enfants amoureux…

Adrien de Carné (1854-1943)
D’ar Menez-Bre

          d’ar barzh Abalor

O menez kran ha sioul ! O menez dudius !
Bez alaouret Gwenc’hlan ! Tron uhel Sant Herve,
Nag ez oc’h koant ha kaer !... En o gwerzioù nevez
Holl barzhed an Arvor ho meul atav, joaius !...

Menez Bre, o menez barzhonus an Tregor,
Davedoc’h pa daolan…

Georges Le Rumeur (1882-1942)
Éloge du jade

Si le Sage, faisant peu de cas de l’albâtre, 
      vénère le pur Jade onctueux, ce n’est point 
      que l’albâtre soit commun et l’autre rare : 
      Sachez plutôt que le Jade est bon,

Parce qu’il est doux au toucher — mais 
      inflexible. Qu’il est prudent : ses veines 
      sont fines,…

Victor Segalen (1878-1919)
la Chanson du vent de mer

O vent de mer, ô roi des vents,
Toi qui fais, quand tu te déchaînes,
Crier l’angoisse des vivants
Dans le vaste sanglot des chênes.

Souffle, souffle, grand souffle amer,
roi des vents, ô vent de mer !

O vent de mer, ô roi des vents,
De nos âmes et de nos portes

Anatole Le Braz (1859-1926)
la Source enchantée

    À Madame Collier,

J’errais dans la montagne un jour de chaleur grande,
Une source s’offrit, claire, parmi des houx.
Comme les chevaliers dont parle la légende
Pour boire dans ma main je me mis à genoux.

Quelqu’une qui paissait un troupeau dans la lande
Me cria,…

Anatole Le Braz (1859-1926)
le Chant des nuages

Breton, je chante les nuages,
Aventuriers du ciel profond,
Leur mer est la mer sans rivages :
Sans atterrir jamais, ils vont !

Jadis, mes nomades pensées
Rêvaient de monter à leur bord,
Pour ces divines traversées
Qu’on fait peut-être après la mort.

A les voir…

Anatole Le Braz (1859-1926)
le Roc’h-Allaz

    A Jean Le Fustec

Près des Vieux-Étangs il y a une roche bleue, – Une roche bleue
et ronde appelée la Pierre de l’Hélas.

Et, sur cette roche-là, qui se repose un moment – En reste pour
toute sa vie déjoyeux et languissant.

Maintes fois j’ai vu voler…

Charles Le Goffic (1863-1932)
l’Océan

Océan, Océan, te voilà ! — Mes pensées 
Redemandaient partout tes plages hérissées, 
Mon âme aurait voulu t’atteindre à chaque élan : 
Te voilà donc ! — Frappé de ta grandeur farouche, 
Je tremble... Est-ce bien toi, vieux lion, que je touche, 
          Océan, terrible Océan ? 

Je reviens sur les bords que ton large ilôt baigne, 
Défatiguer mon cœur…

Édouard Turquety (1807-1867)
Mor Breizh

An dornskrid a zo disheñvel-tre e zanvez goude-se. Lakaet hon eus anezhañ war-lerc’h hag e lizherennoù stouet.

Selaouit ar mor bras, gant e vouezh don garv,
O son d’ar Vrezhoned ’zo chomet en o bro.

        I

    Me eo…

Toussaint Le Garrec (1862-1939)
Nuit d’étoiles

Voici venir la calme nuit !
La terre en est comme bercée ;
Hors de nous elle éteint le bruit,
En nous elle endort la pensée !
Voici venir la calme nuit.

Les bois s’emplissent de mystère,
Comme si Dieu subitement
Leur faisait signe de se taire
Pour écouter le firmament.
Les bois s’…

Anatole Le Braz (1859-1926)
O Heol !

Heol aour, roue an deiz, reder koant ha skedus,
O te hag a zisfi an arneoù garv,
Falc’h kriz an Ankoù yud ha c’hwervder an daeroù,
Eus a belec’h ’teu dit da sklêrijenn badus ?…

Pa ho kwelont, raktal, ar stêrennoù dister
’N em guzh e donderioù divent an neñvoù glas,
Hag al loar ivez a dec’h buan, allaz !…

Georges Le Rumeur (1882-1942)
Ordre au soleil

Ma, duc de Lou, ne pouvant consommer sa
       victoire, donna ordre au soleil de re-
       monter jusqu’au sommet du Ciel.

Il le tenait là, fixe, au bout de sa lance : et le
       jour fut long comme une année et plein
       d’une ivresse sans nuit.

Victor Segalen (1878-1919)
Ouessant

Qu’elle est terrible à voir, avec ses hautes cimes,
L’île austère pendue au bord des grands abîmes,
Dont les oiseaux de mer, en essaims tournoyants,
Assiègent dans la nuit les phares flamboyants !
Qu’elle est terrible à voir la terre inabordable,
Dans ses combats avec l’ouragan formidable,
Quand la blanche cavale (1) en…

Adrien de Carné (1854-1943)
Pleine nuit

    À André Bellessort

Tandis que la Nuit monte ainsi qu’une marée
Sur les grèves du ciel silencieusement,
Emplis tes yeux profonds de sa splendeur sacrée
Et ton cœur orageux de son apaisement.

Déjà, comme une nef, le croissant de la lune
Tend sa voile de nacre et fend l’air…

Charles Le Goffic (1863-1932)
Salut à la mer

Quand le mal du pays nous tient sous sa puissance,
Que le retour est doux après la longue absence !
Que la patrie est douce après l’exil amer !
Voici la lande inculte et des senteurs marines
Entrent avec la brise au fond de nos poitrines ;
Amis, voici l’Arvor, amis, voici la mer !

Ecoutez ; on entend…

Adrien de Carné (1854-1943)
Scène de naufrage

Les ombres s’étendaient : la tempête finie 
N’avait laissé là haut qu’une sombre harmonie, 
Echo frêle et confus du dernier aquilon ; 
Et la profonde mer, béante sous l’orage, 
La mer se refermait avec un cri sauvage, 
          Comme une gueule de lion. 

Et sur les vastes flots, jeté comme un point…

Édouard Turquety (1807-1867)
Sommeil

Le sommeil nous fera de jolis songes blancs…
    Raymond de La Tailhède

Et tu m’as dit : Pourquoi revenir sur ces choses ?
Le golfe aux blanches eaux rit sous le soleil blond.
Il fait si doux de vivre au bord des grèves roses !
Un tel apaisement coule du ciel profond !

Charles Le Goffic (1863-1932)
Sur la dune

    À Alexandre Verchin

Couchants marins, orgueil des ciels occidentaux !
Pour mieux voir s’exalter leur lumière engloutie,
Viens sur la dune à l’heure où rentrent les bateaux
Et regarde le soleil d’août, sanglante hostie,
    Descendre au large des Etaux.

De son orbe que…

Charles Le Goffic (1863-1932)
Tempête solide

Porte moi sur tes vagues dures, mer figée, mer
       sans reflux ; tempête solide enfermant le
       vol des nues et mes espoirs. Et que je fixe
       en de justes caractères, Montagne, toute la
       hauteur de ta beauté.

L’œil, précédant le pied sur le sentier oblique
       te dompte avec peine.…

Victor Segalen (1878-1919)
Terre d’armor

C’est une terre en pierre, et qui tombe en ruine ;
C’est le cadavre épars d’un pays effondré.
Un fantôme de ciel erre, dans la bruine,
En quête d’un soleil qui s’est évaporé.

Les rochers même, au bord des mers tristes se meurent
D’un mal mystérieux, nostalgique et fatal,
Et la lumière grise a dans ses…

Anatole Le Braz (1859-1926)
Troupeaux de l’air (les)

Comme des vaches au poil roux
Qui, le pas lent et les yeux doux,
Vont à de lointains pâturages,
Dans le ciel pur, lavé d’hier,
Humide encor des grands orages,
Les nuages passent dans l’air.

Quelqu’un est là-haut qui les garde
Et la Bretagne les regarde
Défiler paresseusement.
C’est la…

Anatole Le Braz (1859-1926)
War an aod

Un nozvezh eus here war an aod ’oamp azezet, 
An noz a yoa sioul-bras hag an neñv hep koabrenn, 
An houl a yoa didrouz, al loar, e-kreiz ar stered, 
          A lintre dreist hor penn. 

He dornig gwenn em dorn, hag he zal koant ouzh va skoaz, 
E chomas ur pennad hep lavaret ur ger ; 
Evelti me ’yoa sioul…

Pierre Pronost (1861-1909)