Orgueil a lieu avecques (142) les humains
Envië met débat en plusieurs lieux
Avarice porte dommage a maints (143)
Ire (144) a grand bruit entre jeunes et vieux
Gloutonnië fait excès merveilleux
Luxure veut tout mener en sa corde (145)
Paresse enfin a nul bien ne s’accorde
Guerre s’émeut (146) a bien peu d’achaison (147)
Crudelité (148) chasse miséricorde
Tout est perdu par défaut de raison (149).

Folie quiert (150) tout avoir en ses mains
Outrage (151) aime son plaisir pour le mieux
Pauvreté vient o (152) ses dards inhumains
Malheur mettra se dit fin à nos yeux
Impatience étonnera (153) les cieux
Iniquité détruit paix et concorde
Rigueur n’attend fors (154) que toute discorde
Exil mettra le feu en la maison
Homme ne veut mener vie autre qu’orde (155)
Tout est perdu par défaut de raison.

Confusion nous conduit soirs et mains (156)
Langueur nous met la mort devant les yeux
Travail (157) en vain nous fait d’angoisse pleins
 Misère accourt qui jette dards mortels
Tourment nous rend comme gens furieux
Danger (158) guide le mal qui nous aborde
Courroux s’attend que force est qu’il nous morde
Nécessité fera des maux foison
Estrif (159) est prêt à saillir de sa borde (160)
Tout est perdu par défaut de raison.

Prince puissant, quand bien je me recorde (161)
Toute bonté se défait et descorde (162)
Vices règnent partout cette saison (163)
Si Dieu piteux (164) à lui ne nous accorde
Tout est perdu par défaut de raison.
 

— NOTE —

(142) avec  (143) plusieurs  (144) colère  (145) comme on mène le bétail  (146) se met en mouvement  (147) avec peu de raison  (148) cruauté  (149) La raison renvoie plutôt à l’idée de justice au Moyen-Age.  (150) cherche à  (151) Excès  (152) avec  (153) saisira, ébranlera  (154) n’attend rien que  (155) sale  (156) soirs et matins  (157) Le sens du mot travail est en train d’évoluer lorsque Jean Meschinot écrit cette ballade. Le latintripalium désigne d’abord un instrument de torture et, en effet, travail signifie d’abord torture. Mais son sens s’affaiblit, et il évoque progressivement évoquer la peine, la fatigue, et enfin le labeur.  (158) Puissance  (159) querelle  (160) dépasser les bornes  (161) je me remets à l’esprit  (162) se refuse  (163) en ce moment  (164) plein de pitié