Dieu en ce monde nous a mis
Pour prendre tout en patience,
Soit perte d’avoir ou d’amis.
Autrement n’avons pas science,
Chacun vise en sa conscience
Et en donnant à raison lieu.
Nous verrons par expérience
Qu’on ne perd rien qui ne perd Dieu.

O misère nous a soumis
Faute de saine intelligence,
Et avons plusieurs maux commis
Par dépris (53) et par négligence.
Prions la haute prescience
Que n’ayons point d’enfer ou feu,
Et tenons cette conséquence
Qu’on ne perd rien qui ne perd Dieu.

Nous avons trois grands ennemis :
Monde, Diable et concupiscence,
Mais Paradis nous est promis
En faisant contre eux résistance.
Et pour ce usons de sapience (54),
Laissant tout déshonnête jeu,
Et entendons o (55) diligence
Qu’on ne perd rien qui ne perd Dieu.

 

Prince éternel, divine essence,
Pour toujours faire notre preu (56)
Fais-nous croire cette sentence
Qu’on ne perd rien qui ne perd Dieu.

— NOTES —

(53) dédain  (54) sagesse  (55) avec  (56) profit