la Fête des âmes

Rumm
Barzhoniezh
Yezh
Galleg
Orin
Paris, Didier et Cie Libraires, 1882
Treuzskrivañ
Sébastien Marineau
En hevelep levr :

               Evit an anaon ! 
               Pour les âmes !

Tous les yeux sont en pleurs et tous les fronts penchés.
C’est la fête des morts. Dans nos quatre évêchés,
Dans le Léon surtout, où leur culte domine,
La foule recueillie, en priant, s’achemine
Vers les tertres cachés sous le pâle gazon.
Tous les clochers en deuil pleurent à l’horizon ;
Tous les Bretons pieux, enfants, hommes et femmes,
A genoux, et tout bas, causent avec les âmes.