Tout ce qui respire 
Ici-bas soupire, 
Les hommes, les fleurs ; 
Villes et vallées 
Paraissent peuplées 
Des mêmes douleurs. 

La plainte commence 
Avec l’aube immense 
Pour durer la nuit ; 
Ce n’est que tristesse ; 
L’arbuste s’affaisse 
Et le cœur languit. 

Sous des cieux moroses 
Que faut-il aux roses ? 
Un rayon de jour. 
Sous des cieux sans flamme 
Que faut-il aux âmes ? 
Un rayon d’amour.