L’orage commençait, l’atmosphère était grise, 
— Et j’allai tout rêveur près de la vieille église, 
Et je franchis le seuil et je m’arrêtai là ; 
Car au fond de la nef une voix sépulcrale, 
Une voix murmurait avec l’accent du râle : 
     Dies iræ, Dies illa. 

Et cet hymne d’effroi passant de bouche en bouche, 
Cet hymne ressemblait, dans sa grandeur farouche, 
Au cri de l’Océan quand il creuse ses bords ; 
Et l’aquilon des cieux faisait mugir la terre, 
Et l’orgue répondait par des coups de tonnerre 
     A la tempête du dehors. 

Et moi, frappé soudain de ce frisson qui glace, 
J’étais là, j’écoutais la terrible menace 
Qui descendait d’en haut sur un monde pervers ; 
J’étais là haletant, plein d’une angoisse affreuse : 
— J’avais cru voir la Mort saisir, toute joyeuse, 
     Le cadavre de l’univers !