En avant ! En avant ! — La biche épouvantée 
Cherche au fond des taillis sa retraite écartée. 
Mais le bruit de ses pas la livre aux chiens ardents : 
Le tumulte grandit et la meute s’élance, 
Et le fracas des pins que l’aquilon balance 
     Se mêle à leurs cris discordants. 

En avant ! en avant ! — Comme de sourds orages 
Les cors ont retenti d’ombrages en ombrages ; 
La meute se disperse ; en avant, chevaliers ! 
Le cor parle au chasseur d’audace et de victoire ; 
Le cor, au fond des bois, est un appel de gloire 
     Qui fait bondir les destriers. 

     Or, venez, dames jalouses 
     Qui vouliez cacher vos traits ; 
     Approchez sur les pelouses, 
     Vos cavales andalouses 
     Vous attendront ici près : 
     Une ballade est si douce 
     Lorsqu’on l’entend sur la mousse. 
     En regardant les forêts ! 

     Que vos tresses parfumées 
     Flottent librement ici : 
     Suspendez, dames aimées, 
     Vos voiles à ces ramées 
     Où brille un jour adouci : 
     Vous pourrez pleurer sans crainte 
     En écoutant la complainte 
     De monseigneur de Couci. 

En avant ! en avant ! — Comme de sourds orages, 
Les cors ont retenti d’ombrages en ombrages, 
La meute se disperse ; en avant, chevaliers ! 
Le cor parle au chasseur d’audace et de victoire ; 
Le cor, au fond des bois, est un appel de gloire 
     Qui fait bondir les destriers. 

     En avant ! — La foule armée 
     Se heurte, et chaque baron 
     Pousse à travers la ramée 
     Sa cavale ranimée 
     Par le fouet et l’éperon : 
     Le chasseur bondit comme elle. 
     Et son cri joyeux se mêle 
     Au cri rauque du clairon. 

     Écoutez : un bruit s’élève, 
     Le cerf tombe : quel concours ! 
     Chaque bras saisit le glaive, 
     Mais aucun d’eux ne l’achève 
     Pour l’offrir à ses amours ; 
     C’est au plus noble de race 
     À frapper le coup de grâce. 
     C’est au sire de Nemours 

Et tandis qu’élancés au milieu du bois sombre, 
On voit fuir tour à tour et des limiers sans nombre, 
Et les hardis piqueurs et les nobles barons ; 
Et tandis qu’à l’écart les jeunes châtelaines, 
Levant leurs bras d’ivoire abandonnent aux chênes 
     Les voiles qui couvraient leurs fronts ; 

Voici qu’une main douce entr’ouvre avec mystère 
La porte aux gonds massifs du château solitaire, 
Du château qui s’élève au seuil de la forêt ; 
Et belle, et sous l’ogive où le lierre se joue, 
Dérobant à moitié les roses de sa joue, 
     Une blanche fille apparaît. 

     D’abord la vierge indécise 
     S’arrête et fixe les yeux ; 
     Elle craint d’être surprise, 
     Elle craint jusqu’à la brise 
     Qui soulève ses cheveux : 
     Elle hésite et puis s’élance, 
     Et l’herbe ploie en silence 
     Sous son pas aventureux. 

     Et bientôt moins inquiète, 
     Moins craintive, voyez-la, 
     Dans son vol que rien n’arrête, 
     Sourire à l’ombre discrète 
     Dont l’épaisseur la troubla : 
     Puis elle écoute, elle semble 
     À chaque feuille qui tremble 
     Demander s’il n’est pas là. 

     Un cri part : « C’est lui ! c’est elle ! » 
     Et bientôt, pour le mieux voir, 
     Voici que la jeune belle 
     Qu’un tendre sourire appelle, 
     Sur le gazon va s’asseoir ; 
     Et les aveux se répondent, 
     Et les regards se confondent : 
     Que de bonheur jusqu’au soir ! 

Et maintenant grondez, ô fanfares guerrières, 
Grondez au fond des bois, dans les vastes clairières ;
Ici chaque rumeur vient mourir à son tour ; 
Ici, loin de la chasse et des meutes fumantes, 
Le cor a des soupirs et des plaintes charmantes, 
     Ici le cor parle d’amour.