Seziz Gwengamp

barzhaz breizh - seziz gwengamp
Genre
Poetry
Language
Breton
Source
Paris, Didier et Cie Libraires, 1867
Notice
The spelling has been modernized, but some forms (mutations, verbal particles...) has been kept.
Transcription
Sébastien Marineau
In the same work :

Voici un extrait des commentaires que Théodore de La Villemarqué a insérés dans le Barzhaz Breizh :

La Bretagne, en l’année 1488, était tombée dans le plus déplorable état : attaquée au-dehors, divisée au-dedans, trahie par quelques uns des siens, réduite à créer une monnaie de cuir marquée d’un point d’or, pour remédier à la ruine de ses finances, et sans autre chef qu’une enfant. Mais toute vaincue et misérable qu’elle était, elle pouvait se relever, car, bien que gouvernée, depuis plusieurs siècles, par des princes de race étrangère, elle n’était pas encore tombée sous l’autorité immédiate des rois de Fance, et elle les repoussait toujours. A la tête des déserteurs de la cause nationale se trouvait le vicomte de Rohan ; il vint assiéger Guingamp, en qualité de lieutenant général des armées du roi en Bretagne.

« Mais, dit d’Argentré, les habitants de Guingamp firent response que de mettre la ville ny autres villes entre ses mains, ils ne devoient le faire, ne devant ignorer ledit seigneur qu’elles ne fussent à la duchesse, à laquelle, du vivant du feu duc son père et depuis son décès, ils avoient fait serment de les garder ; par ainsi le prioient de les tenir pour excusés de faire autre response jusques à savoir l’intention de la duchesse. »

Rolland Gouiket, ou Gouyquet, commandait dans la ville ; la garnison était peu nombreuse : il arma tous les jeunes gens, les posta dans le fort Saint-Léonard, au faubourg de Tréguier, et le premier assaut des Français fut repoussé vigoureusement. Le lendemain ils revinrent à la charge, battirent le fort en brèche, et s’emparèrent des faubourgs ; Gouiket fit une sortie et les repoussa encore. Le troisième jour, le vicomte de Rohan donne l’assaut à la ville même ; Gouiket est blessé sur la brèche ; on l’emporte ; son héroïque femme le remplace et force les assiégeants à demander une suspension d’armes. Le vicomte de Rohan, profitant du sursis, entra dans la ville par trahison et la livra au pillage. Mais il n’en jouit pas longtemps. Gouiket, à peine guéri de sa blessure, s’étant annoncé avec un renfort considérable, les étrangers prirent l’alarme et abandonnèrent la place.

Cet évènement est le sujet d’un chant populaire très répandu, dont il existe diverses rédactions fort interpolées. J’ai choisi la suivante comme la moins éloignée de l’inspiration primitive.

– Porzhier, digorit an nor-mañ !
An aotroù Rohan zo amañ,
Ha daouzek mil soudard gantañ,
Da lakaat seziz war Wengamp.

– An nor-mañ na vo digoret
Na deoc’h na da zen all ebet,
Ken na lâro dukez Anna,
A zo mestrez war ar gêr-mañ.

– Digoret ’vo ar perzhier-mañ
D’ar priñs diwirion ’zo amañ,
Ha daouzek mil soudard gantañ,
Da lakaat seziz war Wengamp ?

– Va dorioù a zo morailhet,
Va mogerioù zo kreñvaet,
Fae ’ve ganin deus* o c’hlevet :    [ouzh] 
Gwengamp na vo ket kemeret.

Na pa vent triwec’h miz aze,
Na ve ket kemeret gante ;
Kargit ho kanol ; poan ha bec’h !
Ha gwelomp piv en devo nec’h !

– Tregont boled a zo amañ,
Tregont boled ’vit e gargañ ;
Poultr na vank, na plom tamm ebet,
Na staen da ober kennebet*.    [kennebeut] 

Tra m’edo o tistroiñ ha pignet,
Gant un tenn poultr-gwenn oe tizhet,
Gant un tenn poultr dimeus ar c’hamp,
Gant un den anvet Goazgaram.

Dukez Anna a lavare
Da c’hwreg ar c’hanolier neuze :
– Aotroù Doue ! petra ’vo graet ?
Setu ho pried paour tizhet !

– Na pa ve ma fried marv,
Me ’rafe ma-un’ en e dro !
Hag e ganol me a gargo,
Tan ha kurun ! ha ni ’welo !

’Oa ket he ger peurachuet,
Ar mogerioù zo bet frezet,
An norioù a zo bet torret ;
Ha leun ar gêr a soudarded.

– Deoc’h, soudarded, ar merc’hed koant,
Ha din an aour hag an arc’hant,
Hag holl teñzorioù kêr Wengamp,
Hag ouzhpenn ar gêr he-unan ! –

Dukez Anna en em strinkas
War he daoulin, pa e glevas :
– Itron Varia Gwir Sikour,
Ma plijfe ganeoc’h, hor sikour ! –

Dukez Anna ’dal’ ma glevas,
’Trezek an iliz a redas ;
Ha war he daoulin ’n em stouas,
Ha war an douar yen ha noazh :

– Ha c’hwi ’garfe, gwerc’hez Vari,
Gwelet ho ti da varchosi,
Ho sakristiri da gav gwin,
Hoc’h aoter vras da daol kegin ? –

Ne oa ket peurlâret he c’her,
Ma teuas ur spont bras e kêr ;
Gant un tenn kanol ’oa laosket
Ha nav c’hant den a oa lazhet ;

Ha gant ar strak an euzhusañ,
Ha gant an tier o krenañ ;
Ha gant son vrall an holl gleier,
O seniñ o-unan e kêr.

– Pajig, pajig, pajig bihan,
Te zo prim, ha skañv ha buan,
Kae timat da veg an tour-plad,
Da c’hoût piv zo o vrañsellat.

Eus da gostez zo ur c’hleze,
Mar ka’ez* den bennak aze,    [kavez] 
Mar ka’ez* den bennak o son,    [idem
Plant da gleze en e galon ! –

O vont d’al laez, eñ a gane,
O tont d’an traoñ, eñ a grene :
– Beg an tour-plad edon-me bet,
Ha den ebet n’em eus gwelet ;

Ha den eno n’em eus gwelet,
Nemet ar Werc’hez venniget,
Ar Werc’hez hag he mab, avat,
Re se a zo o vrañsellat. –

Ar priñs diwirion ’lavare
D’e soudarded, pa e gleve :
– Sternomp hor c’hezeg, ha d’an hent !
Ha laoskomp o zier gant ar sent. –