daskor - facebook  daskor - css

Daskor

ar Re Unanet

barzhaz breizh - ar re unanet
Genre
Poésie
Langue
Breton
Source
Paris, Didier et Cie Libraires, 1867
Remarques
Nous avons modernisé l’orthographe tout en conservant certaines tournures d'origine (mutations, particules verbales...).
Transcription
Sébastien Marineau
Dans le même ouvrage :

Voici un extrait des commentaires que Théodore de La Villemarqué a insérés dans le Barzhaz Breizh :

Lorsque Louis XII, la veille de son mariage avec Anne de Bretagne, signa le traité d’union du duché à la France (1499), le peuple armoricain, fatigué d’une guerre sans fin, crut voir luire l’aurore d’un avenir meilleur, et, oubliant qu’il avait lutté contre la suzeraineté des rois francs pendant sept siècles, et contre leur autorité immédiate durant trois cent ans, consentit à accepter le roi pour seigneur direct ; mais les plus clairvoyants ne se soumirent qu’à regret, et à la mort d’Anne de Bretagne ils songèrent secrètement à recouvrer leur existence nationale. Chose remarquable, l’extinction de la famille ducale étrangère qu’Anne représentait, famille sous laquelle les Bretons avaient conservé leurs vieilles libertés, causa presque autant de chagrin au peuple que l’extinction de la race des chefs de nom et d’origine celtiques. Tomber sous l’autorité directe des rois de France après avoir été gouvernés par des ducs qui, moins dépendants de ces rois que de leurs sujets, ne pouvaient promulguer aucune loi nouvelle, abroger aucune loi ancienne sans le consentement du baronnage de Bretagne, cette sauvegarde armée des intérêts nationaux, parut aux patriotes bretons une calamité réelle que dissimulait seulement le contrat par lequel leurs anciennes franchises leur étaient maintenues. Ils cherchèrent donc l’occasion de secouer le joug de la France : la Ligue la leur offrit ; rattachant leur cause à celle du parti catholique, et prenant pour chef le duc de Mercœur, dont leurs vues nationales servaient les prétentions à la couronne de Bretagne, ils déployèrent le drapeau de l’Union.

Le chant de départ des ligueurs cornouaillais de l’armée de Mercœur pour le siège de Craon, défendue par huit à dix mille hommes, tant Anglais que Français, qui furent mis en déroute sous les murs de la ville (mai 1592), est resté dans la mémoire belliqueuse des paysans des Montagnes Noires ; il m’a été appris par un vieillard de Maël-Pestivien.

Tro mare ar c’huzh-heol, oe klevet trouz neizhour,
Trouz ur vag a oe klevet o tonet gant an dour,
Ha strap, ha son an drompilh hag an taboulinoù,
Ken a sone ar c’herreg war lein ar menezioù.

Ha me monet da welet ; ha ne welis netra
Nemet Marc’haid ar gerc’heiz*, pav-kamm, o pesketa :    [LV grue] 
Marc’haid, Marc’haidig, te ’nij uhel ha pell ;
Petra ’nevez zo degou’et e-barzh e Breizh-Izel ?

– Netra ’nevez zo degou’et e-barzh e Breizh-Izel,
Nemet e tri c’horn ar vro zo strafuilh ha brezel,
Savet an holl Vretoned, plouiziz ha noblañs,
Ha na vo fin d’ar brezel ma na gav an dud chañs. –

Neb o gwele dastumet da vont da harzoù Breizh,
E tachenn Kergrist-Moeloù, d’ar yaou fask, ’tarzh an deiz,
Pep akebut war o skoaz, pep bluñv ruz ouzh o zog,
Pep kleze ouzh o c’hostez, banniel ar feiz a-raok.

Ha pa oant o vonet kuit hi zo aet d’an iliz
Evit kimiadañ Sant Per koulz hag an aotroù Krist :
Hag o tont eus an iliz ’n em stouont er vered :
– Arsa ’ta, Kerne-Uhel, setu ho soudarded !

Setu soudarded ar vro, soudarded unanet
Evit difenn ar gwir feiz rak an Hugunoded,
Evit difenn Breizh-Izel rak Bro-Saoz ha Bro-C’hall,
Kement a wast hor bro-ni, gwazh eget an tan-gwall.

Hag o tont eus ar vered e-leizh a c’houlenne :
– ’Men a gevfimp mezher ruz d’en em groazañ breme* ? –    [bremañ] 
Ken a droc’has kalonek paotr maner Kergourtez :
– Kemeret skouer diganin hag e viot kroazet aes ! –

Ne oa ket e gomz gantañ, e gomz achuet mat,
’Oa toullet gwienn* e vrec’h ken a strinkas ar gwad,    [gwazhenn] 
Ha war dal e borpant wenn ur groaz ruz a oa graet,
Hag a-barzh nemeur amzer o holl e oant kroazet.

Pa oant e-kichen Kallak o vonet gant an hent,
E klevjont kleier Duot o son an ofer’n-bred :
Hag i distroiñ war o c’hiz* en ul lâret ’n ur vouezh :    [LV détourner la tête] 
– Kenavo kleier Mari ! kenavo kleier kaezh !

Kenavo ’ta, kenavo, kleier kristeniet !
Alies en deizhioù lid ni hon eus ho prallet !
Ra blijo gant an Aotroù, hag ar Werc’hez santel,
Ma ho prallefimp-ni c’hoazh pa vo fin d’ar brezel !

Kenavo, bannieloù sakr, pere hon eus douget,
Oc’h ober tro an iliz, e pardon Sant Servet ;
Ra vimp ken gouest da zifenn hor bro hag ar gwir feiz
Hag emaomp bet d’ho terc’hel war an dachenn, en deiz* !    [LV au grand jour] 

Da* hejo Doue ar rev ! da* ’vo gweñvet an ed !    [ra ?] 
Gweñvet e douar ar Gall, trubard d’ar Vretoned !
Ra ganomp-ni da viken, en ur vouezh, paotred Breizh :
« Biken ! biken ’n em baro an ounner hag ar bleiz. »

Ar ganaouenn-mañ zo graet ab’oe ’maomp aet en hent,
E-barzh ar bloaz mil pemp kant daouzek ha pe’ar ugent ;
Graet gant ur c’houer yaouank, war un ton da gano*.    [da ganañ] 
Kanit-hi, paotred Kerne, da laouenaat ar vro.