daskor - facebook  daskor - css

Daskor

Merzhin en e gavell

barzhaz breizh - merzhin en e gavell (merlin au berceau)
Genre
Poésie
Langue
Breton
Source
Paris, Didier et Cie Libraires, 1867
Remarques
Nous avons modernisé l’orthographe tout en conservant certaines tournures d'origine (mutations, particules verbales...).
Transcription
Sébastien Marineau
Dans le même ouvrage :

Voici un extrait des commentaires que Théodore de La Villemarqué a insérés dans le Barzhaz Breizh :

« On a cru longtemps que deux bardes ont porté le nom de Merlin ; l’un qui serait né d’une vestale chrétienne et d’un consul romain, aurait vécu au Vème siècle sous le règne d’Ambroise Aurélien, et passé pour le premier des devins de son temps.

L’autre, qui ayant eu le malheur de tuer involontairement son neveu, à la bataille d’Arderiz où il portait le collier d’or, marque distinctive des chefs cambriens, aurait perdu la raison, et se serait retiré du monde (vers la fin du VIème siècle).

Aujourd’hui, les critiques s’accordent à voir dans le personnage de Merlin le héros unique d’une triple tradition, où il apparaît comme un être mythologique, historique et légendaire.

Les Gallois possèdent des poésies de ce barde, mais malheureusement rajeunies et même transformées aux XIIème et XIIIèmesiècles, dans un intérêt national.

Les Bretons d’Armorique ont seulement quelques chants populaures qui le concernent.

J’en ai retrouvé quatre, débris altérés d’un cycle poétique dont de nouvelles découvertes combleront sans doute les nombreuses lacunes. Le premier est une chanson de nourrice. Quoique Merlin n’y soit pas nommé, il s’agit évidemment de l’être merveilleux que son nom rappelle et de son origine mythologique.

Le second fragment le représente comme un magicien ou un devin.

Dans le troisième, qui est une ballade complète, il n’est plus que barde et joueur de harpe.

Le quatrième nous le montre converti par le plus aimable des saints bretons, le bienheureux Kadog ou Kado.

La chanson de nourrice fait raconter à Merlin enfant sa génération mystérieuse, par sa mère elle-même qui veut l’endormir. »

Bremañ trizek miz ha teir s’un*    [sizhun] 
E oan dindan ar c’hoad e hun.

O ! hun eta, va mabig, va mabig ;
Hun eta, toutouig lalla.

’Klevis o kanañ ul labous,
’Kane ken flour, ’kane ken dous.
O ! hun eta, etc.

’Kane ken dous, kane ken flour,
Flouroc’h evit hiboud an dour.
O ! hun eta, etc.

Kement ma’z is d’e heul, dibred,
Touellet gantañ va spered.
O ! hun eta, etc.

D’e heul pell, pell, pell, pell ez is ;
Siwazh ! siwazh da’m yaouankiz !
O ! hun eta, etc.

– Merc’hig roue, e lavare,
Kaer ’out evel glizh ar beure :
O ! hun eta, etc.

Ar gouloù-deiz zo souezhet
Pa sell ouzhit, na ouzez ket.
O ! hun eta, etc.

Pa bar an heol, souezhet eo.
Na piv a vo da bried-te ?
O ! hun eta, etc. –

– Tavit, tavit, kozh labousig,
C’hwi zo gwall lik en ho pegig.
O ! hun eta, etc.

Ma sellfe laez Roue ouzhin*    [K ouzhen] 
Gant gouloù-deiz man na lakfen.
O ! hun eta, etc.

Na lakfen man gant sell an heol
Kennebeut gant sell ar bed holl.
O ! hun eta, etc.

Mar gomzit din ouzh dimeziñ
Komzit deus Roue an neñv din.
O ! hun eta, etc. –

Kanañ ’rae bravoc’h-brav ’velkent ;
Ha me d’e heul, souchet va fenn.
O ! hun eta, etc.

Ken e kouezhis skuizh-stank kousket
Dindan un dervenn, er gwasked.
O ! hun eta, etc.

Hag eno am boe un huñvre
Am sapeduas* betek re    [strafuilhas] 
O ! hun eta, etc.

E oan e-barzh ti un Duzig ;
A-dro-war-dro ur feunteunig.
O ! hun eta, etc.

E vein ken boull ! e vein ken sklêr !
E vein ken splann evel d’ar gwer !
O ! hun eta, etc.

Ur gwiskad man war al leur-zi,
Bleunioù nevez stre’et* warnezhi.    [strewet] 
O ! hun eta, etc.

An Duzig ne oa ket er gêr ;
Ha me diogel ha seder.
O ! hun eta, etc.

Pa welis o tont diouzh a-bell
Un durzhunell a-denn-askell.
O ! hun eta, etc.

Hag e stokas gant he begig
Diouzh moger voull ti an Duzig.
O ! hun eta, etc.

Ha me sot, gant truez outi,
Mont da zigor an nor dezhi.
O ! hun eta, etc.

Hag hi e-barzh, ha da rodal
Tro-war-dro d’an ti, o nijal.
O ! hun eta, etc.

Gwech war va skoaz, gwech war va fenn,
Gwech e nije war va c’herc’henn.
O ! hun eta, etc.

Teir gwech ouzh va skouarn a bokas
Ha kuit drev en-dro d’ar c’hoad glas.
O ! hun eta, etc.

Mar oa drev hi, me na’m on ket ;
Mallozh d’an eur e oan kousket.
O ! hun eta, etc.

An dour a ver diouzh va lagad
Pa dlean kavell luskellat.
O ! hun eta, etc.

A-youl ’vefe en ifern skorn
An Duarded kig hag askorn !
O ! hun eta, etc.

A-youl ’vefe gaou va huñvre !
Na ouefe den diouzh va doare !
O ! hun eta, etc.

Ar mab, hag eñ nevez-ganet,
O c’hoarzhin en deus diskanet :
O ! hun eta, etc.

– Tavit, va mamm, na ouelit ket,
Ganin n’ho po preder ebet.
O ! hun eta, etc.

Nemet am eus gwall galonad
’Ober un Duard diouzh va zad.
O ! hun eta, etc.

Etre en neñv hag an douar,
Va zad zo ken kaer hag al loar ;
O ! hun eta, etc.

Va zad a gar an dudoù kaezh,
Ha pa gav an tu o gwarez.
O ! hun eta, etc.

Ra viro Doue da viken
Va zad diouzh puñs an ifern yen !
O ! hun eta, etc.

Nemet bennozh a ran d’an eur
E oen ganet evit an eur*.    [ar mad, cf. gwall-eur
O ! hun eta, etc.

’Oen ganet evit eur* va bro ;    [idem] 
Doue diouzh anken d’e miro !
O ! hun eta, etc. –

Ar vamm a oe souezhet-bras :
« Hemañ zo marzh mar boe biskoazh ! »

Hun eta, va mabig, va mabig ;
Hun eta, toutouig lalla.