daskor - facebook  daskor - css

Daskor

Kanaouenn al levier

Genre
Poésie
Langue
Breton
Source
Paris, Didier et Cie Libraires, 1867
Remarques
Nous avons modernisé l’orthographe tout en conservant certaines tournures d'origine (mutations, particules verbales...).
Transcription
Sébastien Marineau
Dans le même ouvrage :

Voici un extrait des commentaires que Théodore de La Villemarqué a insérés dans le Barzhaz Breizh :

On sait quel enthousiasme excita en France la guerre d’Amérique ; il ne fut pas moins vif en Bretagne. Le sort de trois millions d’hommes que l’Angleterre, leur patrie adoptive, traitait comme des esclaves, toucha les populations bretonnes. Toutes les classes de la société voulurent prendre part à l’expédition destinée à la délivrance des Américains ; à aucune époque on ne vit le pays mettre sur pied un plus grand nombre d’auxiliaires et de volontaires. Le premier combat fut livré, au mois de janvier 1780, à la hauteur de l’île d’Ouessant, entre la frégate française la Surveillante, armée par un équipage breton, capitaine du Couëdic de Kergoaler, et la frégate anglaise le Québec, capitaine Farmer ; il dura quatre heures et demie.

« A peine les Bretons avaient mis le pied sur la frégate anglaise, dit M. de La Landelle, ancien officier de marine et auteur d’une intéressante histoire de Duguay-Trouin, qu’une double catastrophe termina le combat : un incendie se déclare à bord du Québec, une voie d’eau à bord de la Surveillante. Les Français regagnent leur navire et courent aux pompes, les Anglais cessent d’être des ennemis ; du Couëdic ne songe plus qu’à les sauver. Un canot lui reste ; il le met à la mer pour aller recueillir l’équipage de la frégate incendiée. Heure sublime ! cet équipage lui-même unit ses forces à celles des Français pour sauver la Surveillante ; vainqueurs et vaincus sont désormais des frères. Rentré au port, du Couëdic mourant ne voulut pas voir dans les Anglais des captifs, mais des naufragés ; ils ne furent point traités en prisonnier de guerre. » Écoutons maintenant la chanson du pilote de la Surveillante.

(...) Kergoaler mourut à Brest, le 17 janvier 1780, des suites de ses blessures. Les États de Bretagne lui firent élever un monument, et son nom fut cité avec éloge dans l’oraison funèbre des officiers, soldats et matelots bretons, prononcée solennellement devant les Etats assemblés. Ce que dit le poète populaire relativement au brave timonier Le Mang, né à Kervignac, près d’Hennebont, est parfaitement exact. (...)

La ballade, qui a dû passer du pays de Vannes en Cornouaille, m’a été apprise par un vieux pêcheur de l’île de Groix. M. Imbert, de Quimperlé, neveu du brave Le Mang lui-même, a eu aussi l’obligeance de me communiquer des détails précieux, non moins honorables et tout-à-fait inconnus, sur son oncle. Quand la Convention publia le décret qui ordonnait à toutes les personnes décorées sous l’Ancien Régime de remettre entre les mains du gouvernement leurs distinctions honorifiques, l’héroïque Breton se rendit devant le Comité de salut public, avec sa médaille et un marteau.

« – Citoyens, dit-il, vous m’avez demandé ma médaille ; mais c’est sans doute l’or que vous voulez : le voilà ! » Et broyant la pièce sous son marteau, il la jeta aux pieds des conventionnels. « Quand à l’honneur, il m’appartient, personne ne me l’enlèvera ! » En prononçant ces mots, il sortit, laissant le Comité stupéfait de la sublime audace de son action.

Le Mang est mort vice-amiral sous un gouvernement plus soucieux de récompenser le mérite que n’était le régime odieux et jaloux de la Terreur.

Da Santez Anna emaon bet,
Rak war vor emañ ret monet.

    – Da Santez Anna,
    Da Santez Anna,
    Da Santez Anna,
    Neb ’ya Anna
        N’ankoua.

Kenavo deoc’h, Kervignagiz,
Dont a rin souden war ma c’hiz.

    – Da Santez Anna, etc.

Me eo a zo ar paotr levier
Ar Surveilhantez, al lestr kaer.

    – Da Santez Anna, etc.

Hag eñ fretet gant kouevr melen,
Splannoc’h hag aour pe arc’hant gwenn.

Ken drant evit un demezal*    [dimezell] 
Hag a ya da ober ur bal.

Na kaerat un dra hen ober ?
Ur c’hanolier da vombarder !

– Kanolerien, sonit ho son,
Ma imp de’i, me ha ma itron.

Sonit, sonerien, sonit gae,
Ma imp de’i bloc’h* ma dous ha me ! –    [LV rondement] 

’Oa ket komz Ar Mang peurlâret,
Ar c’hanol en deus tregernet.

Ul lestr saoz a zo erruet,
Ur gwall-vordad* deomp ’neus strinket ;    [LV terrible bordée] 

Al lestr gantañ ur banniel ruz,
Ha c’hwezek kanol a bep tu.

– Ma eo daou ha tregont o deus,
Daou ganol ha tregont hon eus.

Hor bordad hon eus-ni laosket ;
Betek ar c’hein* en deus straket.    [LV quille] 

– Sturig* mat, gra mat da vicher,    [LV petit timon] 
Na vez ket amsent* d’ar sturier.    [LV rebelle] 

Va sturig mat, deomp-ni a-raok ;
Setu ni hon daou krog-ouzh-krog.

Tregernañ ’ra ar voledoù ;
Ar voledoù atav, atav !

C’hwezhiñ ’ra kofoù* al listri ;    [LV flancs] 
Ar mor tro-war-dro o virvi.

Kofoù al listri a zigor ;
Ken a gouezh ar gwernoù er mor.

Ken stank gwelodiennoù er strad    [LV poulies sur le pont] 
Ha mez er c’hoad goude barrad.

Pe’arzek boled rez* hon eus bet ;    [LV à fleur d’eau] 
Pe’arzek rez hon eus daskoret.

Ab’oe pemp eur eo a denner,
Ha n’eo ket skuizh ar c’hanolier.

Ned eo ket skuizh ar c’hanolier ;
Kennebeut ned eo al levier.

Ar c’habiten ne lâran ket ;
Ar c’habiten zo gwall aozet !

Ti’et* er c’hof, ti’et er jod,    [tizhet] 
Ti’et en tal gant ur bolod*.    [boled] 

Koulskoude emañ ’tav a-raok,
En e sav, o reno ar c’hrog*.    [LV la manoeuvre] 

Na ehan tamm oc’h ober mat,
Evitañ da redek e wad.

E wad a red a-boulladoù !
Kergoaler zo un den mar zo !

War al lestr n’ehan den ebet,
Evidomp holl bout gwall di’et*.    [LV dangereusement blessés] 

Ti’et ’omp holl nemet unan :
N’hen anvan ket er sonenn-mañ.

Pemp troatad dour e deun ar c’hal*,    [LV cale] 
Pemp troatad dour, gwad kement all !

– Kabiten ker, deus, deus ha sell !
Troc’het an driz* ; kou’et ar zinell* !    [LV drisse, pavillon] 

’Klevez ket ar Saoz o lâret :
– O zinell o deus diskennet.

– Diskenn ! diskenn ! o ! na rin ket
Keit ha ’vo gwad em wazhied ! –

Ar Mang a glev, ha ’mañ pignet
War ar wern-volosk*, en ur red ;    [LV les haubans d’artimon] 

’Kreiz ar boledoù, sonn e benn,
A zisplegas ur mouchouer gwenn.

O ! ni n’hon eus ket diskennet ;
Sevel ar zinell hon eus graet.

Ar Breton na ziskenn nepred ;
Yannig-ar-Saoz ne lâran ket.

Ar c’habiten saoz zo lazhet ;
’Vel un den mervel en deus graet.

’Vel un den mervel en deus graet ;
Tanet en e roched gwadet.

Tanet lestr ar Saozon ganeomp ;
I noazh, o neuñvial davedomp.

An dud eus a Vrest a youe
O welet hol listri mont tre.

An holl dud a Vrest a youe,
Nemet ar mammoù paour na rae.

Pebezh enor, deomp, Bretoned,
Ar Saozon a zo bet trec’het !

Pebezh enor, Kervignagiz,
Galvet eo Ar Mang da Bariz.

Da Bariz emañ bet galvet,
Hag ouzh taol ar roue az’et ;

Taol ar roue, gant ar briñsed
A ra stad ouzh ar Vretoned.

Bet en deus ur vedalenn aour,
Ha lakaet eo da ofisour.

Mil bennozh Doue d’ar roue !
D’ar roue mil bennozh Doue.

Doue ouzh ar stad na sell ket,
Ar roue na sell kennebet*.    [kennebeut] 

Tudjentil ha tud ar ploue,
Meulomp holl, e Breizh, ar roue.

Ar roue ha Santez Anna,
Mamm-baeronez vat ar vro-mañ.

    – Da Santez Anna,
    Da Santez Anna,
    Da Santez Anna,
    Neb ’ya Anna
        N’ankoua.