daskor - facebook  daskor - css

Daskor

ar Falc’hon

barzhaz breizh - ar falc'hon (le faucon)
Genre
Poésie
Langue
Breton
Source
Paris, Didier et Cie Libraires, 1867
Remarques
Nous avons modernisé l’orthographe tout en conservant certaines tournures d'origine (mutations, particules verbales...).
Transcription
Sébastien Marineau
Dans le même ouvrage :

Voici un extrait des commentaires que Théodore de La Villemarqué a insérés dans le Barzhaz Breizh :

« Geoffroi Ier, duc de Bretagne, était parti pour Rome, laissant le gouverement du pays à Ethwije, sa femme, soeur de Richard de Normandie. Comme il revenait de son pèlerinage, le faucon qu’il portait au poing, suivant la coutume des seigneurs du temps, s’étant abattu sur la poule d’une pauvre paysanne et l’ayant étranglée, cette femme saisit une pierre et tua du même coup le faucon et le prince (1008). La mort du comte fut le signal d’une effroyable insurrection populaire. L’histoire n’en dit pas la cause ; la tradition l’attribue à l’envahissement de la Bretagne par les étrangers que la duchesse douairière, veuve de Geoffroi, y attira, aux vexations qu’ils exercèrent contre les paysans, et à la dureté de leurs agents fiscaux. On chante encore dans les Montagnes Noires une chanson guerrière sur ces évènements et j’en dois une version à un sabotier du pays. Singulière coïncidence ! je l’ai entendu pour la première fois siffler à un jeune bouvier qui menait son bœuf au boucher. L’air, me dit-il, est celui de la circonstance, et on ne peut l’entendre sans pleurer.

Ainsi se vengeaient les campagnard bretons, forcés de se faire justice à eux-mêmes, à défaut de chefs nationaux de leur race pour la leur rendre. La sœur du duc de Normandie fit entourer, massacrer, disperser et poursuivre, par ses hommes d’armes, selon l’expression d’un contemporain, les bandes insurgées des pauvres paysans. (...) »

Taget ar yar gant ar falc’hon,
Gant ar gouerez lazhet ar c’hont* ;    [K c’hon] 
Lazhet ar c’hont, gwasket an dud,
An dud paour evel loened mut.

Gwasket an dud, mac’het ar vro
Gant alouberien arall-vro,
Gant alouberien Broioù-C’hall,
An Dredernerez* oc’h hengial    [Drederannerez] 

Mac’het ar vro, ha savet kroz,
Savet yaouank, ha savet kozh ;
War marv ur yar hag ur falc’hon,
Breizh e gwad, e tan hag e kañv*.    [K kaon] 

War menez du e gouel Yann mat,
Tregont kouer en-dro d’an tantad,
Ha Kado-gann, eno gante,
War e forc’h houarn a harpe.

– Petra ’lârit-hu, paotred-yod,
Ha paeañ ar gwirioù a reot ?
Evidon-me na baein ket !
Gwell a ve ganin bout krouget !

– Evidon na rin kennebeut !
Noazh va faotred, va chatal treut ;
Na rin ket m’hen toue ruz-glaou-tan,
Sant Kado kerkoulz ha Sant Yann !

– Me, ma danvez a ya da goll,
Da goll a aen* en holl d’an holl ;    [ez in] 
Ken na vo ar bloaz achuet,
’Vo ret din mont da glask ma boued.

– Da glask ho poued na eot ket,
En tu ganin ne lâran ket ;
Mard eo trouz ha kann a glaskont
Ken na vezo deiz a gellfont !

– Kent an deiz ’kavfont trouz ha kann !
Ni-ni hen toue mor ha taran !
Ni-ni hen toue stered ha loar !
Ni-ni hen toue neñv ha douar !

Hag eñ* da gemer ur skod tan    [Kado] 
Ha pep un’ ur skod eveltañ :
– En hent, paotred, en hent bremañ !
Ha prim etrezek Keraran.

E c’hwreg gantañ er penn a-raok,
Ganti war he skoaz zehoù ur c’hrog,
Hag hi o kanañ trema ’yae :
« Timat ! timat ! va bugale !

N’eo ket ’vit mont da glask o boued,
Em eus va zregont mab ganet ;
N’eo ket evit dougen keuneud,
O ! na mein-benerezh kennebeut !

N’eo ket evit dougen ar samm
Eo ma ’int bet ganet gant o mamm,
N’eo ket evit pilañ lann glas,
Pilañ lann kriz gant o zreid noazh ;

N’eo ket ’hent-all evit peuriñ
Roñsed, chas-red hag evned kriz :
Nemet da lazhañ ’r vac’herien,
Em eus-me ganet va mibien ! »

Ha deus un eil tan d’egile
A aent, hed-a-hed ar menez :
– Timat ! timat ! boud ! boud ! you ! you !
Tan-ruz war baotred-ar-gwirioù !

O tont d’an traoñ gant ar menez
Tri mil ha kant a oa an’e ;
Ha pa oant degou’et e Langoad,
E oant nav mil en ur bagad.

Pa oant degou’et da Geraran,
E oant tregont mil ha tri c’hant ;
Ha Kado a vennas neuze :
– Ai ’ta ! amañ ’n hini eo !

N’oa ket e gomz peurlavaret,
Tri c’hant karrad lann oa kaset
Ha laket tro-war-dro d’ar gêr,
Hag an tan enni foll ha taer ;

Un tan ken foll, un tan ken taer
Ma teuze ennañ ar ferc’hier,
Ma strake ennañ an eskern
Evel re zaonet en ifern.

Ma yudent gant kounnar, en noz,
Evel bleizi kouezhet er foz ;
Ha tronoz pa savas an heol,
Oa ’r gwiraerien luduet holl.