Azenorig c’hlas

barzhaz breizh - azenor
Rumm
Barzhoniezh
Yezh
Brezhoneg
Orin
Paris, Didier et Cie Libraires, 1867
Evezhiadenn
Reizhet hon eus an doare-skrivañ, ha dalc’het hon eus gant troiennoù orin (ar c’hemmadurioù, ar rannigoù, h.a.).
Treuzskrivañ
Sébastien Marineau
En hevelep levr :

Voici un extrait des commentaires que Théodore de La Villemarqué a insérés dans le Barzhaz Breizh :

« Les titres généalogiques des Kermorvan nous apprennent qu’un seigneur de cette famille, nommé Yves, épousa, en l’année 1400, une héritière de la maison de Kergroadez, appelée Azénor ; mais ces titres n’entrent dans aucun détail sur leur union. D’après un poète populaire de Cornouaille, Azénor, qu’il surnomme la Pâle, aimait un cadet de famille du manoir de Mezléan, qu’on destinait à l’état ecclésiastique, et elle l’aurait épousé si ses parents, qui souhaitaient pour elle une plus riche alliance, n’y avaient mis obstacle en la forçant de donner sa main à Yves de Kermorvan. On va voir comment les projets qu’ils fondaient sur ce mariage se réalisèrent.