Entre Plomeur et Plovan

Rumm
Barzhoniezh
Yezh
Galleg
Orin
Paris, Calmann-Lévy, 1901
Treuzskrivañ
Sébastien Marineau
En hevelep levr :

    A Auguste Dupouy

Les âpres Bigouden aux formes d’Androgynes
Ont dans leurs yeux, figés comme l’eau des étangs,
L’inquiétante nuit des longues origines,
Le mystère qui dort au fond lointain des temps.

Frustes, l’air incomplet des idoles barbares,
Dans leurs vêtements lourds qui tombent à plis morts,
Le long du pays maigre et des côtes avares,
Rôdent les Bigouden, les filles aux grands corps.

A leurs corsages plats ont fleuri des fleurs jaunes,
Des mousses de menhirs, des lichens aux tons roux ;
Et leurs yeux sans regard, leurs yeux fixes d’icônes,
Naïvement cruels sont servilement doux.

Brûleuses de varechs et pilleuses d’épaves,
Leur rêve paît au loin la grise immensité,
Et leur troupeau, vautré dans les horizons graves,
Sur le grand pays morne a l’air d’être sculpté.