daskor - facebook  daskor - css

Daskor

Chaume d’Islandais

Genre
Poésie
Langue
Français
Source
Paris, Calmann-Lévy, 1901
Transcription
Sébastien Marineau
Dans le même ouvrage :

Me am eus klevet er Porzh-Gwenn
Ganañ klemmus ur ganaouenn.

J’ai entendu, à Port-Blanc,
Chanter plaintive une chanson.

Fille d’Islandais, ô ma femme,
L’entends-tu qui geint au dehors,
L’entends-tu qui geint et qui brame,
La mer sans cœur, la mer sans âme,
Pour qui tant des nôtres sont morts ?

En ce logis du bord des grèves,
Sous ce chaume, dans ce lit clos,
Nous refaisons les anciens rêves
Qu’en leurs haltes, leurs haltes brèves
Y songèrent des matelots.

Autour de la grise chaumine
Leur pas sonne comme autrefois ;
Par les sentiers leur pas chemine,
Et la mer lasse, qui rumine,
Laisse vers nous monter leurs voix.

Femme, pendant que tu reposes
Au lit de leurs vieilles amours,
N’entends-tu pas leurs lèvres closes
Nous crier les suprêmes choses
Qu’ils n’ont pu dire qu’aux flots sourds.

J’ai souvenance de leurs lettres.
Mon père autrefois me les lut.
On eût dit des sermons de prêtres
Rédigés par des quartiers-maîtres…
Pour signature, au bas, « Salut ! »

Ce salut envoyé du Pôle,
Une bouteille l’apportait.
Mon père, doux maître d’école.
Traduisait la triste épistole
Aux veuves… Et la mer chantait !