Chanson de marche

Rumm
Barzhoniezh
Yezh
Galleg
Orin
Paris, Calmann-Lévy, 1901
Treuzskrivañ
Sébastien Marineau
En hevelep levr :

C’est l’Orient, la fauve Asie !
Les premiers Celtes, ennuyés,
Ont cousu, ce soir, à leurs pieds
Les ailes de la fantaisie.

Déjà le peuple débordant,
Toujours à l’étroit dans le monde,
Déjà la race vagabonde
S’achemine vers l’Occident.

Déjà la tribu se déroule,
Et par la terre elle s’épand ;
Elle ondule comme un serpent,
Elle s’enfle comme une houle.

En tête, les flûtes en buis
Murmurent des chansons apprises
De la lèvre douce des brises,
Dans le silence noir des nuits…

Chanson des marches primitives,
Est-ce toi que nous entendons
Siffler, dans les âtres bretons,
Par les lutins aux voix plaintives ?