daskor - facebook  daskor - css

Daskor

Berceuse d’Armorique

Genre
Poésie
Langue
Français
Source
Paris, Calmann-Lévy, 1901
Transcription
Sébastien Marineau
Dans le même ouvrage :

Plac’hed an aod a gan ur gan
Hag a zo trist, hag a zo splann.

Dors, petit enfant, dans ton lit bien clos ;
Dieu prenne en pitié les bons matelots !

– Chante ta chanson, chante, bonne vieille !
La lune se lève et la mer s’éveille.

Quand tu seras mousse, hélas ! c’est le vent
Qui te bercera dans ton lit mouvant.

– Chante ta chanson, chante, bonne vieille !
La lune se lève et la mer s’éveille.

Déjà dans ton âme a chanté la mer
Son chant doux aux fils, aux mères amer.

– Chante ta chanson, chante, bonne vieille !
La lune se lève et la mer s’éveille.

Au pays du froid ton père a sombré.
Tu naissais alors, je n’ai pas pleuré.

– Chante ta chanson, chante, bonne vieille !
La lune se lève et la mer s’éveille.

Au pays du froid, la houle des fjords
Chante sa berceuse en berçant les morts.

– Chante ta chanson, chante, bonne vieille !
La lune se lève et la mer s’éveille.

Dors, petit enfant, dans ton lit bien doux,
Car tu t’en iras comme ils s’en vont tous.

– Chante ta chanson, chante, bonne vieille !
La lune se lève et la mer s’éveille.

Tes yeux ont déjà la couleur des flots.
Dieu prenne en pitié les bons matelots !

– Chante ta chanson, chante, bonne vieille !
La lune se lève et la mer s’éveille.

Car c’est pour les flots que nous enfantons ;
Tous meurent marins, qui sont nés Bretons.