Saint Sesny

Rumm
Barzhoniezh
Yezh
Galleg
Orin
Paris, Didier et Cie Libraires, 1882
Treuzskrivañ
Sébastien Marineau
En hevelep levr :

LÉGENDE DU PAYS DE LÉON

          Quoi de plus léger que l’oiseau ? La paille. 
          Quoi de plus léger que la paille ? La plume. 
          Quoi de plus léger que la plume ? L’air. 
          Quoi de plus léger que l’air ? La femme. 
          Quoi de plus léger que la femme ? Rien. 
                              Proverbe oriental

Sesny, qui venait de la part de Dieu,
Bâtit sa cellule au bord du flot bleu.

La mer qui depuis se nomma la Manche,
Jetait près de lui son écume blanche.

Le bonhomme allait, dans tous les cantons,
Prêcher l’Evangile aux anciens Bretons.

Un jour qu’il priait, raconte l’histoire,
Dieu vint lui parler dans son oratoire :

« Sesny, je t’apprends mes secrets desseins,
« Je viens de te mettre au nombre des saints.

« J’ai vu ton ardeur pour sauver les âmes
« Sesny ; tu seras le patron des femmes.

« Monseigneur bon Dieu, répondit Sesny,
« Que votre saint nom soit toujours béni :

« Mais ce patronage est bien difficile ;
« La femme n’est pas toujours très docile.

« Moi, pauvre pécheur, vous le savez bien,
« Près d’elle, Seigneur, je ne pourrai rien.

« Que l’ange cornu dans l’enfer s’en aille
« Sur la terre alors rien n’est plus canaille. »

Dieu lui répondit : « Monte en dignité
« Pour récompenser ton humilité.

« Tu vas donc sauter d’un seul coup deux grades ;
« On t’invoquera pour les chiens malades. »