les Korrigans

Genre
Poésie
Langue
Français
Source
Paris, Didier et Cie Libraires, 1882
Transcription
Sébastien Marineau
Dans le même ouvrage :

Vous pensiez, comme nous, qu’on ne trouvait plus trace
Des anciens Korrigans. Leur malfaisante race
Vous semblait, en Arvor, détruite à tout jamais,
Et vous n’auriez pas cru les revoir désormais ;
Grave erreur ! L’an passé, près de l’âtre, en automne,
Un bon vieillard chantait d’une voix monotone,
Sur un mode mineur de majeur alterné,
La légende des nains du pays de Kerné :

     Voici le soir : le temps se charge,
     Le ciel est lourd dans le midi ;
     Au loin, sur les récifs du large,
     La blanche cavale (1) a bondi.
     Les barques font grincer dans l’ombre
     Les vieux anneaux du môle sombre
     Qu’une rouille épaisse a rongés ;
     Les matelots jettent leurs ancres.
     Sous l’onde, à petit bruit, les cancres
     Sucent la chair des naufragés (2) ;

     Sur la côte où grondent les vagues,
     Les craintives chauves-souris,
     Sorcières nocturnes et vagues,
     Tracent autour des rochers gris
     Leurs irrégulières spirales.
     Comme des flammes sépulcrales,
     Sous les ajoncs, sous les halliers,
     Les vers luisants, larves funèbres,
     Font vaciller dans les ténèbres
     Leurs feux livides par milliers.

     Si votre âme n’est pas sans tache
     Chrétiens, fuyez les grands menhirs.
     Pour vous guetter Satan s’y cache
     A l’heure où la nuit va venir.
     Plus nombreux au clair de la lune,
     Que les mouettes sur la dune
     Les nains vont sortir de leurs trous
     Et jusqu’à l’aube matinale
     Mener une danse infernale
     Au cri sinistre des hiboux.

     Ce sont les Korils des bruyères (3),
     Gardiens d’un immense trésor.
     Qui, sur le bord des grandes pierres,
     Comptent de fausses pièces d’or ;
     Ce sont les Poulpikans humides (4)
     Que l’éclat du ciel rend timides,
     Mais qui sortent du ruisseau noir,
     Avec la couleuvre et l’anguille,
     A l’instant douteux où scintille
     La première étoile du soir.

     Ce sont les Teus (5), affreux pygmées
     Cachés le jour dans les blés mûrs,
     Et qui des maisons mal fermées,
     La nuit, escaladent les murs.
     Ce sont les Kornikaneds pâles (6) ,
     Monstres des forêts, dont les râles
     Sont lugubres comme l’Ankou (7),
     Et qui font sonner tous ensemble
     Des conques dont le bruit ressemble
     Aux chants éloignés du coucou.

     Tous viennent d’un lointain royaume
     Qui n’est pas le bleu paradis.
     Comme leur vieux maître Guillaume (8),
     Ils portent sur leurs fronts maudits
     Les cornes du taureau farouche ;
     De leur prunelle oblique et louche
     Jaillit un éclair singulier ;
     Ils ont les oreilles du lièvre
     La longue barbe de la chèvre,
     Le pied fourchu du sanglier.

     Malheur à celui qui s’égare,
     Le cœur impur, au milieu d’eux ;
     Les nains velus, sans crier gare,
     L’entourent d’un cercle hideux.
     La trombe l’enlève et remporte
     Plus vite que la feuille morte
     Qui tourne avec les ouragans ;
     Il chancelle comme un homme ivre,
     Et c’est la mort qui le délivre
     Du tourbillon des Korrigans.

     Pour lui, dans le fond des vallées,
     Il vaudrait mieux se trouver seul,
     La nuit, près des femmes voilées
     Qui tordent un triste linceul.
     Il vaudrait mieux qu’il vît en face
     Le spectre de l’Oubli qui passe,
     Menant la charrette des morts
     Ou le gabino, bouc immonde,
     Ou les feux qui courent le monde,
     Ou le fantôme du remords.

     Nul ami n’est là pour entendre
     Ses cris par la peur arrachés,
     Nul chrétien n’est là pour lui tendre
     Une main pure de péchés.
     Si votre âme n’est pas sans tache,
     Craignez le démon qui se cache
     Le soir au pied des grands menhir.
     Ne traversez pas les bruyères,
     Malgré vos pleurs et vos prières,
     Vous pourriez n’en pas revenir !

— NOTES —

(1) La mer.
(2) Voyez la Lew-Dréz, de Souvestre
(3) Koril, dérivé de Koroll, danse.
(4) Poulpikans, de Poull, trou, et Pikañ, fouiller.
(5) Teus, dérivé de du, noir.
(6) Kornikaneds, de Korn, trompe, et Kanañ, chanter.
(7) La Mort.
(8) Un des nombreux surnoms donnés au diable par les bas Bretons.