le Commencement et la fin

Rumm
Barzhoniezh
Yezh
Galleg
Orin
Paris, Didier et Cie Libraires, 1882
Treuzskrivañ
Sébastien Marineau
En hevelep levr :

          Naître pour mourir et mourir pour naître.

Quand l’enfant vient au monde, il se lamente et pleure ;
Son œil voit vaguement la terre et ses tourments,
Les larmes d’ici-bas marquent sa première heure,
La souffrance l’accueille à ses premiers moments.

Quand l’homme meurt, il a la grâce et la prière,
Son œil voit vaguement le paradis s’ouvrir ;
La joie est dans son âme à son heure dernière,
L’espérance l’assiste au moment de mourir.

L’un jette un cri plaintif devant la vie amère,
L’autre chante un cantique en arrivant au port ;
L’enfant verse des pleurs dans les bras de sa mère,
Et le vieillard sourit dans les bras de la mort.