Bienvenue sur le site du projet Daskor ! Nous sommes une association de bénévoles, et nous cherchons à faire connaître et reconnaître la littérature bretonne par le plus grand nombre.

Nous recherchons des textes libres de droits, et nous les transcrivons un à un dans l’orthographe actuelle. Tant et si bien que nous en sommes déjà à 2239 textes de la littérature bretonne à ce jour !

Nous vous offrons ces textes par auteurs, par genres, par thèmes… Ils sont tous disponibles au format numérique, gratuitement, et certains d’entre eux sont même publiés au format poche.

Nous vous offrons également divers supports sur la littérature bretonne (une petite histoire, une biographie des auteurs…) et sur la langue bretonne (textes bilingues, tutoriel de breton…).

  • Paysans (les)

      I 

    Ur miliner – e vab henañ – 
    (Daou c’henaoueg ar re washañ) 
    A lakaas un deiz en o fenn 
    Mont da foar Vre gant o azen. 

    ’Vit her mirout diskuizh ha sart, 
    E stagjont e bevar zroad start, 
    ’Vel ma welit er marc’hadoù, 
    Ar c’higer ouzh eren leueioù. 

    Tremenet er stag ur grennenn*,    [ur berchenn] 
    Krog an daou sod e pep a benn, 
    ’Vel m’hoc’h eus gwelet a-wechoù 
    Er pardon dougen relegoù. 

  • Amour (l’)

    Voulez-vous savoir comment on l’appelle ?
    Les gens du pays diront : C’est la Belle !
    Ses parents diront que c’est Francéa,
    Francéa Rannou, de Sainte-Tryphine !
    Dieu la fit très douce et la fit très fine,
        Quand il la créa.

    Je sais quant à moi qu’elle est ma maîtresse !
    Que sa nuque est blanche, et blonde sa tresse,
    Blonde comme un pain que l’on sort du four ;
    Je sais qu’aux pardons nous dansons ensemble ;
    Qu’auprès de son cœur mon cœur à moi tremble
        La fièvre d’…

  • Émigration (l’)

      Naoned, 28 a viz Eost 1840

      Allaz ! Mont a ran pell !
    Kenavo dit, ma bro !
    Kenavo, douar santel !
    Kenavo, kenavo  (bis)

      Kenavo, ma mamm vat,
    ’Vit ho mab pedit Doue !
    Kenavo, ma c’hozh tad,
    ’Vidon pedit ivez !  (bis)

      Kenavo, ma breudeur,
    Ha te, ma c’hoar Terez !
    ’Vit ho preur ur bater
    E chapel ar Werc’hez.  (bis)

      Kenavo, c’hwi ken mat

Petra eo an naetañ tra e ti ur gouilhourenn ?

Ur vi a-barzh m’eo torret.

Feiz ha Breizh