Bienvenue sur le site du projet Daskor ! Nous sommes une association de bénévoles, et nous cherchons à faire connaître et reconnaître la littérature bretonne par le plus grand nombre.

Nous recherchons des textes libres de droits, et nous les transcrivons un à un dans l’orthographe actuelle. Tant et si bien que nous en sommes déjà à 2116 textes de la littérature bretonne à ce jour !

Nous vous offrons ces textes par auteurs, par genres, par thèmes… Ils sont tous disponibles au format numérique, gratuitement, et certains d’entre eux sont même publiés au format poche.

Nous vous offrons également divers supports sur la littérature bretonne (une petite histoire, une biographie des auteurs…) et sur la langue bretonne (textes bilingues, tutoriel de breton…).

Gwenn evel ar sin
Glas evel al lin
Ruz evel an tan
Ha du evel ar vran.

Ur vouarenn, ar c'hasis, pe c'hoazh meur a frouezhenn all.

Feiz ha Breizh
  • Pays (le)

        Pariz, 12 Ebrel 1838

              Ma c’halon zo
            Gant ma bro,
            Oh ! Ya, bepred ’vo !

        Hag e vefen e penn ar bed,
    Diouzh Breizh ma c’halon ’vo staget.
              Ma c’halon zo, etc.

        An heol, m’her goar, a wel broioù,
    E-lec’h m’en deus mui a vadoù.
              Ma c’halon zo, etc.

        E Pariz e welan traoù brav,
    Traoù kaer da’m daoulagad atav.
              Ma c’halon zo…

  • Bardes (les)

    P’eo deut aelig koant ar beure
    Da zigeriñ dor an Neñvoù,
    Mar teus klevet son telennoù
    O tont eus broioù an huñvre ;

    Ha, mar ’neus c’hoantaet da ene,
    Dispak gantañ e askelloù,
    Sevel en e droidelloù
    Dreist ar blaenenn, dreist ar menez ;

    O ! neuze, barzh, na lezez ket
    Da c’hoant santel da vorgousket ;
    Kan hepdale, kan hep ehan :

    Rak er beure splannoc’h an deiz,
    Er yaouankiz kreñvoc’h ar feiz,
    Hag hep feiz…

  • Pays (le)

    Un cloître de silence, un hôpital des âmes
    Et de grises maisons de nobles – c’est Treger…
    Nul bruit, que les sabots claquants des vieilles femmes,
    Et l’oraison du vent qui monte avec la mer.

    Telles que des surplis de prêtres, les nuées
    Blanchissent, dans un ciel dormant comme un lavoir.
    Le long des quais déserts, des barques échouées,
    Dévôtieuses, font leur prière du soir.

    Un douanier, de garde au bord de l’eau, sifflote
    Un air mélancolique, une chanson d…