Bienvenue sur le site du projet Daskor ! Nous sommes une association de bénévoles, et nous cherchons à faire connaître et reconnaître la littérature bretonne par le plus grand nombre.

Nous recherchons des textes libres de droits, et nous les transcrivons un à un dans l’orthographe actuelle. Tant et si bien que nous en sommes déjà à 2174 textes de la littérature bretonne à ce jour !

Nous vous offrons ces textes par auteurs, par genres, par thèmes… Ils sont tous disponibles au format numérique, gratuitement, et certains d’entre eux sont même publiés au format poche.

Nous vous offrons également divers supports sur la littérature bretonne (une petite histoire, une biographie des auteurs…) et sur la langue bretonne (textes bilingues, tutoriel de breton…).

  • Korrigans (les)

    Un deiz Sant Per a yoa o vont da ober ur c’housk, goude merenn, e porched ar Baradoz pa glevas skeiñ daou pe dri daol war an nor e giz pa vijed bet o lopañ warni gant un horzh da bilat lann. Mont a reas, un tammig droug ennañ, da sellet a-dreuz ar barrinier houarn a stanke toull an draf graet en nor vras, hag e welas ur vaouez gozh daoubleget holl, ridet he dremm evel un aval a zaou vloaz, dilhad pilpouz rouz ganti, ur c’hoef du war he fenn a gouezhe al lost anezhañ betek hanter he c’hein, hag ur botoù koad en he zreid [...].

    –…

  • Saisons (les)

         Novembre 1831. 

    Le souffle de l’automne a jauni les vallées, 
    Leurs feuillages errant dans les sombres allées, 
    Sur le gazon flétri retombent sans couleurs ; 
    Adieu l’éclat des cieux ! Leur bel azur s’altère, 
    Et le soupir charmant de l’oiseau solitaire 
         A disparu comme les fleurs. 

    L’aquilon seul gémit dans les campagnes nues : 
    Tout se voile ;  les cieux, vaste océan de nues, 
    Ne reflètent sur nous qu’un jour terne et changeant, 
    L’orage…

  • Origines (les)

    An amzer a oa bet tomm-ruz…

    Heol berv mezheven a baras a-hed an deiz war an douar frailhet ; ha, d’an abardaez, dindan ar gwez uhel o delioù difiñv, an hoc’h gouez, gourvezet e-touez an drez hag ar spern, e fronelloù digor frank hag o c’hweshaat gant trouz, a vorede, e valvennoù hanter-serret, e vin astennet, o klask war al leton deltoni ha glebor.

    Pa dostaas an heol ouzh an dremmwel, skedus gant an aour hag al limestr – liv ar gwad – un tammig mouestad a dremenas dre ar c’hoadoù ; un hurusadenn…

– Bonjour deoc’h, tregont penn-gwazi !
– Salokras, emezo ! Hor c’hement, hon hanter-kement ha ni ne reomp nemet tregont penn-gwazi.

Pet oant ?

12 penn gwazi (12 + 12 + 6 = 30)

Feiz ha Breizh